Groupe Endress+Hauser

Médias

Événements

Votre carrière chez Endress+Hauser

Une assistance proche de vous

Online Shop

Entrez votre code personnel pour accéder au Shop en ligne et passez commande 24 h sur 24 / 7 jours sur 7. Vous pouvez aussi consulter vos tarifs et les délais de livraison ou demander un devis.

Online Shop

E-direct Shop

Economique et direct : un rapport performances - prix inégalé sur une sélection d'appareils Endress+Hauser livrés rapidement et commandés facilement

E-direct Shop

Savoie Lactée : du petit lait au kilowatt-heures

Valorisation des sous-produits de la transformation du lait

L’usine des producteurs de Beaufort est nichée entre les montagnes d’Albertville. Elle résulte de leur volonté de valoriser au maximum et localement les sous-produits de la transformation du lait. L’union des 650 éleveurs et 9 coopératives fromagères a ainsi lancé le projet de construction d’une usine de valorisation du lactosérum en 2010 dont l’instrumentation a totalement été fournie par Endress+Hauser.

  • Valorisation des sous-produits de la transformation du lait ©Endress+Hauser

Résultats

  • Les objectifs en termes de production de biogaz ont été atteints dès le premier mois de fonctionnement

  • Les objectifs en termes de rejets au milieu naturel sont également respectés

  • Les producteurs de Beaufort sont satisfaits de la partie traitement. Ils apprécient également que la valorisation soit faite localement. En effet, jusque-là le lactosérum était transporté par camion pour être valorisé. Cela représentait 800 000 km par an qui ont été réduits à 70 000 km

  • Valbio, Société d’ingénierie Toulousaine spécialisée dans la conception et la réalisation d'unités de méthanisation pour la valorisation des sous-produits de l'industrie agroalimentaire.

    Plus d'infos
  • Monsieur Decker, Directeur des opérations chez Valbio
    Ici l’ensemble des capteurs est fourni par Endress+Hauser. Ils ont l’énorme avantage d’avoir une gamme très étendue sur ces capteurs et qui répondent à 100 % de nos besoins.

    François Decker

    Directeur des opérations , Valbio

  • Madame Rodière, Responsable d’ingénierie chez Valbio
    Notre partenariat avec Endress+Hauser est un partenariat de longue date. Ils ont su nous aider lors de la mise en place de matériel un peu spécifique sur certaines de nos applications délicates. Ils ont toujours répondu présents sur toutes nos problématiques.

    Sandra Rodière

    Responsable d’ingénierie, Valbio

Défis

VALBIO a dû prendre en compte trois types de contraintes :

  • d’ordre technique, du fait de la nature même du produit à traiter : le perméat restant après la fabrication de beurre et de poudre de protéines de sérum qui représente 90% du volume de départ, et une charge polluante très importante

  • d’ordre géographique : l’implantation de l’usine s’est réalisée sur un terrain réduit

  • et enfin, d’ordre environnemental, puisqu’il s’agit d’une implantation en zone périurbaine et doit générer le moins de nuisances possible.

Du point de vue technique, les sous-produits liquides issus de l’activité du site sont très concentrés en matière organique (50 fois plus qu’une eau usée urbaine). Ils ont une très forte acidité.
La solution de traitement mise en oeuvre est basée sur le couplage de deux brevets VALBIO : un traitement par méthanisation METHACORE® et un traitement par granulation aérobie GSBR®, permettant d’obtenir un rendement épuratoire de 99%, assurant ainsi le retour de l’eau traitée au milieu naturel.

La valorisation des sous-produits de la transformation du lait

Pour fabriquer un kilogramme de Beaufort, les producteurs utilisent 10 litres de lait et génèrent 9 litres de lactosérum, communément appelé « petit lait ». L’union des producteurs de Beaufort a décidé de valoriser elle-même ce lactosérum. Tous les jours 200 000 litres sont livrés à l’usine Savoie Lactée. Ce petit lait contient encore de la matière grasse qui est transformée en beurre. Il contient aussi des protéines. De ces protéines sont issues d’une part de la ricotte, version française de la ricotta italienne, et d’autre part de la poudre WPC80.

Cette poudre de protéines est un produit à forte valeur ajoutée utilisée dans l’alimentation infantile, celle des séniors et dans les compléments nutritionnels pour les sportifs de haut niveau.
Après toute cette valorisation noble, il reste encore une dernière valorisation à faire. Le petit lait a été déprotéiné, dégraissé mais il a encore une forte charge en sucre. Ce sucre va être transformé en biogaz grâce à des bactéries au cours d’un processus de méthanisation.

La méthanisation

La société Valbio a conçu et réalisé toute la partie méthanisation et traitement des eaux de Savoie Lactée. Monsieur Decker, directeur des opérations chez Valbio, connait très bien les problématiques de la valorisation : « Nous avons une expérience de 15 ans dans la méthanisation des effluents de l’industrie agroalimentaire et avec une expertise unique dans la valorisation des sous-produits de l’industrie laitière ». L’installation est équipée d’un moteur de cogénération qui brûle le biogaz issu de la méthanisation. 3 millions de kilowatt-heures d’électricité sont produits par an, soit la consommation de 1500 personnes.

D’autre part, le refroidissement du moteur produit de l’eau chaude qui contribue à l’autonomie énergétique de l’usine.
A la fin du cycle, après la méthanisation, tout n’est pas terminé. Les effluents méthanisés sont traités. Cela représente 300 m3 d’eau par jour rejoignant l’Isère à 400 mètres de l’usine. Les boues biologiques produites partent au compostage.

Solution

Le process de méthanisation et de traitement d’eau est entièrement automatisé. Deux personnes interviennent à mi-temps pour gérer cette station. Le responsable maintenance du site et le responsable qualité vont faire de la maintenance, des analyses et des contrôles de paramétrages. L’installation est pilotée à partir du suivi de paramètres vitaux comme les mesures des débits des effluents, de débit de biogaz, de niveau, de pH, de redox, de conductivité et de température.
La quantité de biogaz produite est mesurée par un débitmètre ultrasons Prosonic Flow B 200. Il mesure également la teneur en méthane du biogaz en continu.

Débitmètre ultrasonique Prosonic Flow B 200

La mesure fiable et précise du biogaz en sortie de méthaniseur.
Il mesure le débit massique du biogaz humide, du gaz de décharge ou de digestion avec une précision élevée, même sous des conditions de process fortement fluctuantes. De plus, Prosonic Flow B 200 mesure la teneur en méthane in-situ. Cette caractéristique unique permet la mesure continue du débit de gaz mais également de la qualité du gaz. Le principe de mesure est insensible à la composition du gaz.

Contact

Endress+Hauser SAS
3 rue du Rhin BP 150 68331 Huningue Cedex France
Tél.: 0 825 888 001
Fax: 0 825 888 009
Envoyer e-mail www.fr.endress.com
Outils en ligne